La laisse de mer

 ... ou l'habitat de haut de plage.

La laisse de mer a généralement mauvaise réputation : elle n’est pas très esthétique visuellement surtout quand elle est chargée de macro-déchets, elle n’est pas très plaisante sous les pieds des vacanciers, et en se dégradant, elle émet parfois des odeurs désagréables.

Et pourtant certains scientifiques considèrent l’impact écologique du ramassage mécanique des laisses naturelles de mer sur les plages comme quasiment équivalent à celui d’une marée noire sur le même site. Cette impressionnante comparaison peut facilement s’expliquer en y regardant de plus près.

Des espèces uniques

Si vous faites disparaître la laisse de mer, vous faites également disparaître des espèces animales inféodées qui ne se développent que sur ce cordon d’algues et de débris. Ce sont des zones très riches mais beaucoup d’espèces qui en dépendent sont nocturnes et c’est pourquoi on ne les remarque pas toujours. Une étude menée dans la Manche a révélé qu’il était en moyenne possible de dénombrer près de 2200 invertébrés (69 espèces différentes) dans une surface de 50 cm² de laisses de mer semi décomposées (Mouquet C. et Chevrier M., Les invertébrés terrestres des laisses de mer, Gretia, 2003).

Gros plan sur la mouche

Une petite mouche vit uniquement grâce à la laisse de mer. Elle y naît, elle s’en nourrit et elle y pond ses œufs. La vie de cet insecte est réglée sur les horaires des marées mensuelles de vive-eau. Ainsi le cycle de vie de cette mouche de laisse de mer ne dure qu’un mois, les larves devant se métamorphoser en adulte juste avant la grande marée suivante.

Des trésors insoupçonnés riches en enseignement

Grand Site Cap d’Erquy Cap Fréhel - Traces et indices dans la laisse de mer
Traces et indices dans la laisse de mer

La laisse de mer est une source de trésors pour petits et grands. En se baladant et en recherchant, on découvre des objets insolites qui nous interrogent et nous apprennent sur la vie marine de nos côtes. Ainsi avec un peu d’observation, on peut ramasser des capsules d’œufs de raies, des œufs de buccin, des os de seiches ou encore de jolis bois flottés.

Un programme national intitulé CAPOERA (pour CAPsules d'OEufs de RAies) et initié par l’A.P.E.C.S. (Association pour l'Etude et la Conservation des Sélaciens)  vous invite à recueillir les capsules d’œufs de raies et à les transmettre afin de contribuer à une meilleure connaissance de ces espèces. En effet, les raies émettent entre 40 et 150 capsules par an selon les espèces, ce qui est peu. Les capsules vides retrouvées parfois sur les plages prouvent que nos eaux côtières sont fréquentées par des raies et pourraient indiquer la présence de zones de ponte proches. Leur taille et leur forme étant caractéristiques de chaque espèce, il est possible par recoupement de mieux déterminer leurs aires de répartition respectives. Ce recensement pourrait également devenir un outil adapté pour identifier les zones et les périodes de reproduction de ces poissons malheureusement en déclin.

Pour plus d’infos : www.asso-apecs.org

 

A la base d’une chaîne alimentaire

La laisse de mer est à la base d'une chaîne alimentaire tout à fait particulière où s'alimentent notamment les oiseaux comme le gravelot, mais qui profite aussi aux alevins, aux crabes, et à bien d’autres animaux. Elle représente un véritable garde-manger pour les espèces littorales. Ces espèces spécifiques sont capables d’ingérer une nourriture fortement salée. Dans le Calvados, 18 espèces d’oiseaux se nourrissant sur les hauts de plage et plus particulièrement au niveau des laisses de mer ont été identifiées (Groupe Ornithologique Normand).

Rien ne se perd ...

Sur le littoral, les hirondelles et de nombreuses autres espèces d'oiseaux utilisent les algues récupérées sur les laisses de mer pour fabriquer leur nid.

Point de départ à la formation des dunes

La laisse de mer retient les particules de sable apportées par le vent et permet peu à peu la formation d’une dune embryonnaire où se fixeront certaines plantes pionnières alimentées par la décomposition des algues.

Grand Site Cap d’Erquy Cap Fréhel - Cakilier maritime
Cakilier maritime
Grand Site Cap d’Erquy Cap Fréhel - Panicaut maritime
Panicaut maritime
Retour haut de page